Le loup de Wall Street : La grande décadence

Synopsis

Jordan Belfort, courtier de talent, fait fortune à Wall Street, enchainant excès et orgies, il bâtit un empire au nez et à la barbe des autorités, avec la volonté de repousser toujours plus loin les limites.

 

Critique

Film au rythme effréné, Scorsese expose parfaitement cette course sordide vers la surenchère permanence, étalant sous nos yeux l'argent roi et son extravagant pouvoir. A l'image d'une économie dérégulée, où la finance dicte son tempo, il opte pour un montage en dents de scie, où l'action, le temps d'un silence, reprend brièvement son souffle et bifurque toujours vers plus de débauche et d’intempérance.

On pourrait reprocher au réalisateur un manque de distanciation et une absence de regard critique par apport au sujet évoqué, à mon sens cela aurait été une erreur de croire qu'ici bas, la morale serait garante d'une quelconque éthique et d'un pare-feu contre l'avarice et la vanité. En choisissant d'étaler ainsi les dépravations de Jordan Belfort l'intouchable, sans jamais y apposer le sceau de la morale, Scorsese saisit brillamment le rapport de l'Homme contemporain à l'argent, son importance et son pouvoir dépassant celui de la loi, des religions, des traditions et des valeurs, car il défonce toutes les portes et trace tous les sentiers. Pas de barrières ou de limites, car même en prison, l'agent achète le confort.

C'est un film témoin car sur un ton apparemment léger et superficiel, il offre une perspective cinglante sur nos objets de sacralisation, là où les moutons; même les plus dissidents, sont un jour ou l'autre tentés de rejoindre la meute. Car ce système dysfonctionnel et inégalitaire géré par des milliardaires endimanchés dont les réunions ont pour objet l’organisation d'un lancé de nain, défend l'illusion corrompue du Self Made Man où plus les avares concentrent les richesses, plus les autres réclament leur part du gâteau, sans rêve de partage ou d'évolution, mais avec l'envie d'avoir leur place au sommet pour pisser à leur tour, sur le monde agonisant.

Retour à l'accueil