Photographie : Clément Guégan

Photographie : Clément Guégan

"Trois ans déjà que LeKinorama.fr tente modestement d'être au service du cinéma, dans le Grand Tout numérique où prolifèrent tant d'autres sites qui lui sont dédiés.

Pensé au début comme un blog personnel, la machine s'est véritablement emballée avec mon fidèle compagnon de plume Guillaume Banniard, ayant compris mieux que quiconque - et ce malgré nos opinions souvent divergentes en matière de films (voir le TOP TEN 2015 assez étrange) - l’esprit véritable du site. Sans lui LeKino ne serait certainement pas le même.

Car voilà ce qui nous "obsède" depuis ces trois années : privilégier les articles de fond et prendre à revers le "fast thinking" qu'impose le rythme de la toile. Certes un internaute a une capacité moyenne d'attention de 8 à 12 secondes (vous êtes encore là, bravo), certes plus de la moitié de nos lecteurs ne lisent certainement pas nos articles jusqu'au bout...

J'aime à imaginer que les articles de sites sont comme de petits îlots à la dérive, sur lesquels les explorateurs 2.0 s'échouent. Certains prennent le temps de découvrir les lieux minutieusement, d'autres s'y arrêtent et repartent aussitôt, s'appropriant la chose à leur façon et partant vers d'autres pistes de réflexion. Et si on prend le temps d'écrire avec ses convictions et ses désirs, il restera forcément quelque chose, une trace, une envie de rebondir sur un réalisateur, une revue ou un autre site...

Le site ne sera certainement jamais monétisé et ne compte pas faire de Google Analytics son directeur de publication. Vous risquez donc de vous prendre encore quelques pavés dans la tronche pour les prochaines années, avec ce souci toutefois de ne jamais sombrer dans un élitisme sclérosant. D'ailleurs nous ne sommes personne sinon des anonymes au service du cinéma, au mieux des fétichistes. Les autres sites ne sont pas des concurrents mais des alliés, des sources d'inspiration, des points de convergence ou de désaccord. C'est aussi pour cela que j'écris et que j'aime écrire parfois pour les autres quand j'en ai le temps.

Si l'amour est affaire de patience, il en est de même pour la cinéphilie. Il s'agit de s'égarer, de se perdre, pour retrouver cette sensation primitive, ce premier choc émotionnel à travers un film, un plan, une image, et cela prend beaucoup de temps.

Dans la critique, il y a aussi l'écriture et il serait stérile de parler de cinéma avec des mots vides et fonctionnels dont le référencement naturel est si friand. S'il faut écrire un film avant de le réaliser, l'art de la critique est un peu un retour aux sources, dont la beauté des mots rend hommage à la poésie qui émane des images. Il ne faut pas l'oublier. Voilà pourquoi nous gardons ce cap, en imbéciles heureux, car attirés comme des papillons de nuit par la lumière que l'on projette sur la toile.

Je souhaitais aussi remercier tous ceux qui ont participé de près ou de loin à cette aventure : Myriam Bouguerne, Muriel Cinque, Maxime Iffour, Thomas Amevet, Clémence Pinguet. Merci à Clément Guégan pour les deux jolies photographies d'anniversaire qu'il nous a "offert". Et merci évidemment à tous ceux qui nous suivent, nous soutiennent et célèbrent le cinéma avec nous".

 

 

Jordan More-Chevalier - Rédacteur en Chef

Retour à l'accueil