Diplomatie : L'Histoire se joue en huis clos

Synopsis

Alors que les troupes alliées et les résistants sont sur le point de reprendre Paris qui est aux mains des nazis, le Général Von Choltitz a reçu pour ordre, et ce sans négociations possibles, de raser la capitale française...

 

Critique

Huis clos diplomatique à l'envergure théâtrale, l'adaptation de Volker Schlöndorff est efficace et se déploie grâce a la brillante interprétation du duo Dussolier/Arestrup. Même si la fiction prend volontairement le pas sur le réalisme historique, il faut accorder à ce film une certaine justesse dans les partitions que s'échangent les deux acteurs.

Quand l'Histoire se joue ainsi entre quatre murs et deux hommes, la tension narrative prend une dimension hiératique et même si l'on connaît "l'heureux" destin de Paris dans le funeste plan que Hitler lui réservait, la plaidoirie de Raoul Nordling est une lutte de tous les instants face à la fatalité et l'illogisme de la guerre.

Le film tire tout son intérêt dans l'aspect dramatique de la situation et l'humanisation de ce général allemand, ayant pour mission de détruire Paris malgré l'absurdité stratégique et les dégâts que cela engendrerait. Il rappelle également les détails sur lesquels peut se jouer l'Histoire, ces grandes scènes hors des champs de bataille et des assemblées, où tout peut basculer au moindre soubresaut.

La mise en scène, sobre et contrôlée est à l'image du cadre et de la photographie dans lesquels évoluent les comédiens, la réalisation s'efface quelque peu et s'attache à un certain classicisme filmique, presque théâtral aux dialogues finement interprétés et au profit des protagonistes principaux qui envahissent le film de leur incontestable talent.

Retour à l'accueil